Comment est réalisé le suivi des étiages ?

Le réseau commun actuel de suivi des étiages est constitué par 59 stations de mesure des débits.

Le suivi de l’étiage au sein des CIPMS se fait sur la base du VCN7 hebdomadaire qui correspond à la plus faible des moyennes arithmétiques calculées sur les 7 jours consécutifs de la semaine écoulée (voir figure n°1).  Cette valeur permet de lisser les fluctuations ponctuelles des débits observées sur les cours d’eau (ouverture ou fermeture de vannes de barrage, rejets, …).

Figure 1 : Paramètre hydrologique de suivi des étiages (VCN7 hebdomadaire)

 

L’intensité de la situation est ensuite déterminée par semaine calendaire selon une classification en cinq catégories. Comme représentée dans la figure 2, cette classification repose sur les périodes de retour de 2, 5, 10, 20 et 50 ans de la chronologie du VCN7. Celles-ci correspondent aux probabilités annuelles théoriques d’apparition du phénomène avec un franchissement de 50 %, 20 %, 10 %, 5 % et 2 %.

L’intensité de l’étiage est déterminée en comparant la valeur du VCN7 hebdomadaire aux temps de retour du VCN7 annuel.

Figure 2 : Définition des valeurs seuils de débit (temps de retour inclus) et leur indexation pour qualifier l’intensité de l’étiage

La valeur seuil correspondant au temps de retour de 50 ans n’est calculée que lorsque la chronique, c’est-à-dire le nombre total d’années de mesure disponibles est suffisante pour la calculer.

Les valeurs seuils représentées dans le tableau 1 sont déterminées selon la longueur de la série chronologique et de la fonction de répartition.

 

Tableau 1 : Valeurs seuils de débit déterminées en fonction de la longueur de la série chronologique et de la fonction de répartition